samedi 17 novembre 2018

Noir sur la ville - Lamballe 2018 - Quelques (rares) photos

Gilets jaunes oblige, ce n'était pas la foule habituelle ce samedi à Noir sur la ville, mais tout de même un public conséquent et c'est là l'essentiel ; avec comme toujours une très belle galerie d'auteurs. Quelques photos prises à la va-vite...
Elena Piacentini à la manœuvre
Marc Villard, Denis Flageul et Jean-Bernard Pouy

Michèle Pedinielli...
... qui me fait une belle dédicace

dimanche 11 novembre 2018

E pericoloso sporgersi, disponible en version brochée

Désormais disponible en version brochée sur Amazon, E pericoloso sporgersi est la première "aventure" de Quentin Dickens, journaliste atypique qui ne traite que des sujets qui fâchent ou qui sont négligés par les "grands" quotidiens.

Dans cet opus, il s'agira de comprendre pourquoi les autorités (police, gendarmerie, magistrats) sont si prompts à considérer comme suicidés deux malheureux retrouvés mort, pour l'un, et agonisant pour l'autre, un petit matin le long d'une voie ferrée. 

Épaulé par Ananké, une stagiaire qui n'a pas froid aux yeux, suivi à la trace par Coco, son inséparable coq de combat, "Kant" finira par comprendre. Les vrais coupables ne sont pas seulement ceux que l'on croit. Humour garanti.

Sur Amazon, ou en version epub ICI, ou .
Bonne lecture !

dimanche 14 janvier 2018

E pericoloso sporgersi, un nouveau roman

Disponible en numérique sur Kobo et Amazon, E pericoloso sporgersi est la première "aventure" de Quentin Dickens, journaliste atypique qui ne traite que des sujets qui fâchent ou qui sont négligés par les "grands" quotidiens.

Dans cet opus, il s'agira de comprendre pourquoi les autorités (police, gendarmerie, magistrats) sont si prompts à considérer comme suicidés deux malheureux retrouvés mort, pour l'un, et agonisant pour l'autre, un petit matin le long d'une voie ferrée. 

Épaulé par Ananké, une stagiaire qui n'a pas froid aux yeux, suivi à la trace par Coco, son inséparable coq de combat, "Kant" finira par comprendre. Les vrais coupables ne sont pas seulement ceux que l'on croit. Humour garanti.

3,99 € l'epub (sans DRM !), c'est ICI, ou .
Bonne lecture !

jeudi 3 août 2017

CorsicaPolar 2017 : toujours plus fort

Cette année encore, un festival placé sous le signe de la bonne humeur (voire, parfois, du fou rire), de la convivialité, de l'amitié et, l'endroit s'y prête, du soleil. Si si, une eau à 26 degrés, il faut du soleil. J'ai eu la chance encore cet été de retrouver, aux manettes Jean-Pierre Orsi, à la logistique (c'est fondamental) Lucienne et Jean-Charles, et de charmants invités. Je connaissais pour les avoir lus et rencontrés Sandra Martineau, Florence Bremier, Martine Nougué, Marie Vindy, Anouk Langaney, Jean-Pierre Petit, Jean-Pierre Orsi (déjà cité), Antoine Blocier, André Fortin, Jean-Pierre Lovichi et j'ai eu le plaisir de faire connaissance avec Roger Martin et Philippe Paternolli. Belle brochette, comme on dit. Et une pensée générale pour Jean-Paul Ceccaldi qui n'a pu être là.

Quelques images pour illustrer :
(certaines photos, les plus réussies, sont signées Philippe Paternolli, remarquable preneur de vues (et très sympathique compagnon d'aventure))

Départ de Marseille, avec Florence Bremier et Antoine Blocier

Ça danse déjà...

Marseille, avec Florence Bremier et Philippe Paternolli
Marseille, avec Antoine Blocier

Ajaccio !

J'ai dû dire une ânerie

Navette Ajaccio-Porticcio (et inversement)
La croisière se détend 

Ajaccio - Florence Bremier brave tous les interdits...
 
Enfin, on bosse, des fois. Ici on fait de la pub pour Anouk Langaney

Et là, c'est Anouk qui renvoie la balle

Place Foch - Ajaccio

Porticcio. Le scoubidoubuilder est là !

Cher J.P. Orsi, l'après-festival

Leçon de danse sur le bateau du retour
Bis...