mercredi 12 juin 2013

Monnaie bleue, de Jérôme Leroy

France, années quatre-vingt-dix. Un peu partout, dans les villes, des révoltes éclatent. Au milieu du bazar qui prend chaque jour de l'ampleur, un professeur de français de collège semble résigné au pire. Il vient de survivre à deux années de galère, sous une fausse identité, et pour lui le "pire" est derrière. À travers ses cauchemars et ses crises d'angoisse, traitées à hautes doses par l'alcool et les médicaments, il revit un drame que l'on devine atroce, et dont il est coupable. Dans ce décor plus que sombre il va rencontrer l'âme sœur, une jeune collègue prof de sport, qui va peut-être parvenir à remplacer l'amour de sa vie disparu dans ce massacre.
Monnaie bleue est construit en 2 parties, la seconde relatant dans le détail le mystérieux "drame" justifiant la psychologie très particulière du  personnage principal. Si le sujet central est une double histoire d'amour, dans une ambiance de soulèvement général d'une partie de la population, on est loin, très loin, d'un roman à l'eau de rose. Des politiciens pourris par le pouvoir, le vice et l'argent, des flics à leurs ordres, des médias asservis ou anesthésiés, c'est une société minée qui est représentée ici, crédible au point qu'on peut se demander s'il s'agit d'une fiction ou d'une vision éclairée de la réalité. Monnaie bleue a été initialement publié aux éditions du Rocher en 1997, puis à La Table Ronde en 2009. C'est donc un texte qui a plus de quinze ans, mais qui pourrait avoir été écrit hier tant les événements relatés résonnent avec l'actualité.
Bref, un excellent roman noir, aussi bien pour l'histoire que pour les personnages et le style.

2 commentaires:

  1. Merci Hervé! Très touché. Et à bientôt

    RépondreSupprimer
  2. Ce commentaire a été supprimé par un administrateur du blog.

    RépondreSupprimer